Globe tricoteuse: EdinYarnfest 2016…le debrief !

Hello !!

Tout d’abord merci pour vos nombreux messages de soutien par rapport à mon dernier post, cela m’a vraiment touché.

Il m’a fallu du temps pour revenir ici, mais là j’ai un très bel évènement que je souhaiterai partager avec vous: Mon voyage en Ecosse à l’occasion du Edinburgh Yarn Festival !

bandeau eyf 2016

Il s’agissait de la 3ème édition qui a réunie un peu plus d’une centaine d’exposants (triés sur le volet par les organisatrices Mica et Jo) et des masterclass uniquement en lien avec les arts de la laine (tricot, crochet, filage essentiellement). Personnellement avant fin 2015, je n’avais jamais entendu parlé de ce festival, ce sont mes copines (Hege et Julie) du Tricothé de l’Oisivethé qui me l’on fait découvrir.

EYF 2016
Photo @EdinYarnFest2016

Il faut dire que même si ce n’est que la 3ème édition, c’est un festival connu à l’échelle internationale (Clara Parkes en parle d’ailleurs dans son dernier livre) avec des tricoteurs et designers venant d’un peu partout (France, Pays-Bas, Belgique, Italie, UK, USA, Allemagne, Suisse, Norvège, Finlande etc…). Une superbe occasion pour rencontrer la communauté internationale des arts de laine. J’ai partagé pas mal de moments de ce festival sur mon compte Instagram donc n’hésitez pas à y faire un tour.

@EYF
Photo@EdinYarnFest

Je dois dire que j’ai été très impressionnée par la qualité de l’organisation du festival. Comme les visiteurs venaient d’un peu partout, les organisatrices ont édité un magazine (Wool tribe) spécialement pour le festival des patrons exclusifs, mais surtout un petit guide « crafty » dans lesquelles elles ont fait part de leurs adresses favorites à découvrir à Edimbourg, génial non ?

@EdinYarnFest
@EdinYarnFest

Nous sommes arrivées le jeudi où le soir nous attendait un Tricothé géant: environ 300 personnes venues d’un peu partout pour le festival tricotant dans un pub, c’est assez fou non ?

Le vendredi soir, une soirée écossaise avait été organisée où tous ensemble, tricoteurs/designers/exposants nous avons dansé au son du groupe écossais The Picts . L’ambiance était vraiment très sympa,  bon enfant et on a passé un moment très agréable que j’ai vraiment adoré. Les danses écossaises sont parfaites pour briser la glace et mélanger tout le monde !

Le Marketplace était ouvert pendant 2 jours ce qui était amplement suffisant à mon avis (et mieux pour mon porte-monnaie :-)), et les cours étaient échelonnés du jeudi au dimanche, ce qui permettait également aux personnes qui avaient des cours de pouvoir profiter aussi du Marketplace (chose qui avait été un peu plus compliqué pour moi lorsque j’étais à Brighton car les cours et le Marketplace avaient eu lieu en même temps). J’ai adoré discuter avec toutes les personnes que j’ai rencontrées, c’était super chouette de prendre le bus et de se retrouver avec des gens qui tricotaient partout, des passionnés, parfois bloggers, podcasters, designers ou exposants. J’ai d’ailleurs rencontrée une jeune designer autrichienne avec beaucoup de style : Sosuknits (ses designs valent vraiment le détour, je vous en reparlerai bientôt) .

Suzanne aka Sosuknits
Suzanne aka Sosuknits (oui sur son collier, c’est bien un mini Stephen West 😉 )

Vous savez que je suis assez fan de Pompom magazine dont je vous ai déjà parlé ici, du coup, j’ai filé sur le stand pour  essayer différents modèles ! Vu le temps qu’on passe à tricoter un modèle, c’est pratique de savoir avant de se lancer si il nous va ou pas. Je dois vous dire que le pull de Nadia (en haut à droite) fait désormais partie de ma to-do list (et en plus j’ai déjà la laine!)

Pompom magazine

Ce qui m’a particulièrement frappée, c’est la différence de culture qu’il existe au UK par rapport au DIY de façon générale. J’ai l’impression que les ouvrages réalisés fait-main sont beaucoup mieux valorisés et pris au sérieux. La preuve, l’existence d’un festival dédié uniquement dédié aux arts de laine, alors qu’en France, à l’exception du Lot et la laine (je n’ai jamais eu l’occasion d’y aller) qui a lieu tous les 2 ans, cela n’existe pas, les 2 principaux salons à Paris sont liés soit au DIY (au sens global du terme) soit aux travaux d’aiguilles dans leur ensemble. D’un côté c’est bien de regrouper plusieurs choses, mais j’ai le sentiment que petit à petit, ces salons  rassemblent beaucoup de choses qui n’ont rien à voir avec la thématique, et du coup deviennent un peu des mini « foires de Paris ». Personnellement même si il est vrai que par rapport au UK, la France est moins un pays de production de laine, il n’empêche qu’il existe des talents dans le domaine de la de laine, de la teinture et du design qui ne sont pas assez mis en avant à mon goût et qui mériteraient un festival dédié. Bref vous l’aurez compris, j’ai été totalement conquise par ce festival et j’espère pouvoir y retourner l’an prochain !

En attendant, en souvenir de ce festival, j’ai terminé les Inglis mitts (en couverture de Wool Tribe) d’Ysolda que j’ai réalisé avec sa nouvelle laine: Blend n°1.

Inglis Mitts d'Ysolda Teague. @Seb Lascoux
Inglis Mitts d’Ysolda Teague. Photo:@Seb Lascoux

Commencées dans l’avion j’ai terminé au bout de 2 jours, elles se tricotent très rapidement. En effet, la laine utilisée est de type sport (donc un peu plus épaisse que de la laine fingering), donc ça monte assez vite. Le motif de torsade n’est pas difficile à réaliser, en revanche il faut bien suivre la grille ! Les instructions sont très claires, n’oubliez pas de checker les errata avant de commencer car il y a une petite erreur dans le patron.

photo @Seb Lascoux
photo @Seb Lascoux, bague Cocoaccess

Parlons maintenant de la laine. Blend n°1 est un mélange de 3 différentes races de mouton (j’ai pris la couleur non teinte, même si ce mélange est également disponible en quelques teintes colorées): 50% de laine Mérino, 40% de laine Polwarth et 10% de laine Zwartble. D’un aspect rustique, j’ai trouvé cette laine douce (probablement par la teneur majoritaire de Merino dans le mélange) et moelleuse: je pense que c’est une très bonne laine pour des projets avec des torsades car la laine a une très bonne tenue et reste rebondie même après lavage et usage. Comme c’est une épaisseur moyenne (laine sport, 315m pour 100g), celà peut être un très bon compromis pour des pulls à torsades ou même des châles. Cette laine est filée par John Arbon Textiles.

Voilà pour mon partage de l’édition d’EYF2016 ! N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de l’évènement pour voir les photos et la liste de tous les billets de blogs et podcasts qui ont participé au festival ! Avez-vous d’autres festivals à me recommander ? N’hésitez pas !

Publicités

8 réflexions au sujet de « Globe tricoteuse: EdinYarnfest 2016…le debrief ! »

  1. Claire

    Bonjour Bintou,
    merci pour ce compte-rendu qui donne envie!
    en France il y a les journées de la laine aussi, à Felletin, en Creuse, à la fin d’octobre. Ce sont des journées très riches, où sont présents de petits producteurs de laines à filer, tricoter… beaucoup d’éleveurs qui valorisent leurs toisons, des artisans, des artistes, feutrières …
    Claire

  2. miss agnes

    Quelle chance d’avoir pu assister à cet événement, je t’avais aperçue sur le blog PomPom et je suis bien contente de te retrouver sur ton blog. Tes mitaines sont superbes.

  3. Ping : Edinburgh Yarn Festival 2016: Every Last Detail - EvinOK

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s